La cuisine interne – BI versus ERP

by / mardi, 14 avril 2015 / Published in Billet, Tech
erp

Ça y est, c’est le printemps. La saison des sorties recommence.

Justement, ce soir, vous avez invité vos amis. Vous leur avez promis votre fameux gâteau au chocolat et aux fruits. Vous pensez avoir tout ce qu’il faut dans la cuisine pour le réaliser.

Est-ce qu’il vous viendrait l’idée de servir les ingrédients tel quel sans exécuter votre fameuse recette? Avez-vous déjà essayé de goûter les ingrédients un à un?

Utiliser un ERP ou un CRM pour faire de l’analytique c’est comme ingurgiter ces ingrédients non préparés. La BI (pour Business Intelligence) vous amène le gâteau fini avec sa garniture à déguster et digérer aisément.

Qu’est-ce qu’un ERP?  (L’acronyme ERP signifie « Enterprise Ressource Planning » traduit en français par Progiciel de Gestion Intégré ou PGI.)  C’est un progiciel de saisie et de consultation des données importantes de l’entreprise. Un peu comme vos armoires de cuisine où vous stocker votre matériel pour cuisiner. Une pour les ingrédients secs, une pour les casseroles, une pour la vaisselle…

Qu’est-ce qu’un CRM? CRM est l’acronyme de « Customer Relationship Management » ou « Gestion de la Relation Client ». Le CRM regroupe l’ensemble des techniques, outils, dispositifs ou opérations de marketing ou de support ayant pour but d’optimiser la qualité de la relation client, de fidéliser et de maximiser le chiffre d’affaires ou la marge par client. Un des outils serait un progiciel qui saisit les données relatives à vos clients, les contacts que vous avez eus avec eux et les propositions que vous avez faites ou vous pourriez leur faire. Cet outil qui permet aussi la consultation de ces données et qui permet de communiquer directement avec les clients est également appelé CRM. Pour l’analogie, ce serait une armoire de cuisine spécialisée un peu comme une armoire à épices ou un vaisselier. Nous pourrions faire le même constat pour les progiciels de comptabilité, de ressources humaines, de gestion des stocks, de logistique…

L’amalgame est facile entre l’objectif (la gestion des relations avec les clients- CRM) et l’outil (progiciel de données clients – CRM). Alors que l’amalgame entre contenu et contenant est déjà courant. En effet, l’ERP n’est que votre cuisine vide, les armoires sont vides. Votre fournisseur n’est pas garant de ce que vous ferez avec, ni de la qualité des données que vous y intégrerez. Certaines personnes, trompées par un discours trop vendeur, pensent qu’ils ont des données de grande qualité parce qu’ils ont un ERP. L’ERP ne gère ni la qualité ni la quantité. Vous ne comptez pas sur votre constructeur pour remplir votre frigo, non?

La plupart des ERP possèdent de nombreuses données inexploitables, sans compter les données manquantes ou les données de mauvaise qualité. Le processus de saisie de données est plus souvent en cause pour ces maux que la qualité de l’ERP lui-même. L’ERP reste un outil qui peut être important comme votre cuisine reste essentielle pour votre fonctionnement familial. Elle est importante pour stocker correctement vos ingrédients et ustensiles, et les retrouver facilement pour préparer vos plats (et entre autre votre gâteau au chocolat et aux fruits).

Si vous voulez que vos plats soient bons et beaux, une partie de la réussite revient à la personne qui fait les courses. Celle qui choisit les ingrédients nécessaires et leurs qualités, pour remplir les armoires de la cuisine. Votre ERP doit assumer un rôle de mise à disposition de données. Mais si personne n’a fait les courses, ou rangé les denrées, les armoires seront considérées comme vides. Pareil pour l’ERP ou le CRM, pas de saisie, pas de données.

Mais attention votre ERP n’est qu’une partie de votre cuisine. La cuisine comprend plus d’armoires. Vous avez sûrement un CRM, un logiciel de logistique, de gestion de stock… Tous ces progiciels sont complémentaires et permettent d’avoir une vision globale de votre entreprise. Il est donc difficile de faire une analyse avec la seule vision des données présentes dans votre ERP (difficile donc d’utiliser ce que nous appelons « l’Embedded BI », les modules dits BI présents dans les ERP). Les fruits, le beurre et le lait pourraient être dans le frigo plus que dans les armoires.

Quand vous choisissez d’ajouter un ingrédient à votre gâteau, vous prenez en compte votre contexte : la saison, les allergies des invités… C’est la même chose au niveau de votre entreprise, il y a de très grosses probabilités que vous ayez besoin de prendre en compte le contexte de votre entreprise. Ce contexte serait représenté par des données externes disponibles par exemple chez Statistiques Canada, Poste Canada, un organisme professionnel, des données ouvertes, des données de météo…

Maintenant que votre cuisine est remplie, il est important de s’assurer que les ingrédients sont en nombre suffisant et de bonne qualité. Si la recette demande 5 œufs et que vous n’en avez que 2, il faudra peut-être changer de recette, et du coup, décevoir vos amis qui s’attendent à votre fameuse recette! C’est pareil avec les données, si votre analyse est basée sur les données géographiques est que vous n’avez que 40% des adresses de vos clients, toute analyse sera biaisée, donc décevante (si pas inutile).

Là, vous confirmez que l’ERP n’est qu’une des sources de données pour appréhender la situation de son entreprise. Pour analyser et aider à prendre des décisions, la mise en contexte, la connaissance de l’historique, la compréhension des liens et des effets entre les données, l’esprit de déduction sont tout aussi importants que les données elles-mêmes. D’une donnée, on peut faire naître un renseignement.

Ce que vous apporte l’intelligence d’affaires, c’est un bon cuisinier qui vous guidera sur toutes les étapes :

  • Attribuer de l’importance à la nature des données à collecter (faire sa liste de course),
  • collecter les bonnes données internes et externes (rassembler les ingrédients),
  • valider la qualité de ces données (vérifier les dates de péremption des ingrédients et la fraîcheur des fruits),
  • enrichir ces données par des transformations (monter les œufs en neiges, pocher les fruits, mélanger le beurre et le sucre),
  • Lier les informations aux objectifs de l’entreprise et aux indicateurs (rassembler les ingrédients dans l’ordre et dans la texture nécessaire)
  • analyser ces données (cuire)
  • valider les choix par le prédictif (goûter et rectifier la cuisson),
  • reporter les résultats d’analyse par un choix de visualisation (perfectionner la garniture),
  • apporter les commentaires et suggestions d’action (ajouter votre touche personnelle, votre ingrédient spécial qui vous rend unique)

Maintenant à vous de choisir si vous avez le temps de cuisiner par des outils de self-service BI ou si vous préférez un distributeur automatique de gâteau … par des cuisiniers habitués à travailler à la carte.

Bon appétit!




Get Free Email Updates!

Signup now and receive an email once We publish new content.

We will never give away, trade or sell your email address. You can unsubscribe at any time.

Please follow and like us:
David-Marc Petit

David-Marc Petit

Président at DWBI Expert
David-Marc PETIT est le président de DWBI Expert Inc. Il cumule plus de 20 ans d’expérience dans des entreprises de toutes tailles et tous secteurs, sur trois continents, en tant qu’expert en intelligence d’affaires. Il a fait de sa mission la démocratisation de l’intelligence d’affaires (Business Intelligence) pour optimiser les revenus et la performance de ses clients.
David-Marc Petit

Laisser un commentaire

TOP

Enjoy this website? Please spread the word :)

Facebook
Facebook
Google+
Google+
http://www.dwbiexpert.com/la-cuisine-interne-bi-versus-erp/">
LinkedIn